× Home Voyages Les chemins de Saint Jacques
Constance - Einsiedeln Symbole de la coquille
Constance Constance - Märstetten Bernrain Märstetten - Tobel Lommis château de Sonnenberg Tobel - Fischingen Monastère de Fischingen Fischingen - Fischenthal Fischenthal - Rapperswil Rapperswil Rapperswil - Einsiedeln Einsiedeln
Histoire(s) Intéressant Quoi de neuf ?
  ☰ Sélection Flagge Deutsch Drapeau français British flag

Détour par l'église Saint-Jacques de Lommis et le château de Sonnenberg

Jakobskirche in Lommis

Le plan au sol de la Jakobskirche de Lommis indique une modeste église romane, dont la maçonnerie existe encore dans le mur nord de l'église. À l'époque gothique, la nef a été élargie, créant le mur sud de la nef encore existant. L'église a reçu sa forme actuelle vers 1500 des nobles de Spiegelberg.

Jakobusstatue in Lommis

Jacques à Lommis


Presque en même temps que la construction de la chapelle St Idda de Fischingen, l'ancienne chapelle ossuaire dédiée à St Michel a été transformée en 1701 en un charmant sanctuaire Idda, créant ainsi une station de passage supplémentaire pour ce saint du Toggenburg.

La légende, dont les versions les plus anciennes remontent à l'ermite bénédictin Albrecht von Bonstetten en 1481/85, raconte ce qui suit à propos de saint Idda :

Die hl. Idda in der Jakobskirche in Lommis

Idda était une fille du comte de Kirchberg, près d'Ulm. Elle a épousé Diethelf IV du Toggenburg et, après sa mort, Gottfried de Märstetten. Ce dernier lui a offert un précieux anneau d'or en guise de cadeau de mariage. Un jour, un corbeau s'est envolé de la forêt dans le ravin situé en contrebas du château, qui s'appelle Rappenstein, et a emporté l'anneau d'or de la comtesse sur le rebord de la fenêtre. Or il arriva qu'un chasseur trouva l'anneau dans le nid du corbeau et le mit à son doigt. Un autre serviteur a reconnu la bague au doigt du chasseur comme étant celle que le comte avait offerte à la comtesse. Il a alors soupçonné le chasseur d'avoir des relations adultères avec la comtesse. Dans une rage incontrôlée, le comte fit traîner le chasseur à mort et jeta l'innocent Idda par-dessus les remparts du château dans le profond ravin.

Mais Dieu a entendu l'appel au secours de la comtesse et l'a préservée, de sorte qu'elle est sortie indemne de l'accident. Maintenant, Idda a décidé de consacrer sa vie à Dieu seul. En tant qu'ermite, elle a d'abord vécu dans une grotte du Rappenstein. Un jour, elle, que l'on croyait morte, fut découverte, et le comte la rechercha immédiatement pour la ramener au château. Idda pardonne tout à son mari, mais ne veut pas quitter sa vie solitaire avec Dieu. À sa demande, le comte fait construire un ermitage près de l'église Sainte-Marie à Au. Elle y a vécu pendant de nombreuses années. La population, ayant entendu parler de sa vie sainte, assurait sa subsistance. Chaque soir, elle se rendait à l'office du soir à Fischingen. Un cerf l'accompagnait et éclairait son chemin avec ses douze feux sur ses bois. Plus tard, elle a vécu dans le couvent bénédictin de Fischingen. Là, elle a été gravement harcelée par le diable. Lorsque le malin a éteint sa lumière, elle s'est écriée de sa petite fenêtre : "Lève-toi et allume une lumière pour moi !". Alors un mort se leva de sa tombe, lui apporta la lumière, et dit : "Enlève la lumière de ma main, car je suis appelé du Toggenburg." Dès lors, le diable ne pouvait plus lui faire de mal jusqu'à sa fin. Elle est morte vers 1226 et a été enterrée devant l'autel de Saint Nicolas dans l'église du monastère de Fischingen. - Bonstetten écrit à la fin de sa légende : "Idda a acquis de Dieu la grande grâce qu'aucun fantôme du diable ne puisse nuire à tous ceux qui font appel à elle. C'est pourquoi les gens la sollicitent dans toutes sortes d'afflictions

Le 3 novembre - d'où le jour du souvenir - elle aurait été enterrée par son fils au nord de l'église du monastère de Fischingen ; peu après sa mort, une chapelle a été construite sur la tombe et Idda a été vénérée comme une sainte. La construction de la nouvelle église du monastère a conduit à la démolition de l'ancienne chapelle en 1704 et à la construction d'un nouveau bâtiment d'une riche conception architecturale. Le monastère a été supprimé en 1848, mais restauré en 1977 en tant que monastère d'hommes "Abbaye de Notre-Dame de Saint Idda".