× Home Berg & Ski Famille Voyages Les chemins de Saint Jacques
Rueggisberg - Lausanne Symbole de la coquille
Rüeggisberg - Schwarzenburg Schwarzenburg - Fribourg Fribourg Les ponts de Fribourg Fribourg - Hauterive   Payerne Hauterive Hauterive - Romont Romont - Moudon Moudon - Chalet à Gobet Chalet à Gobet - Lausanne Lausanne
Histoire(s) Intéressant Quoi de neuf ?
  ☰ Sélection Flagge Deutsch Drapeau français British flag

L'ancienne route Schwarzenburg - Fribourg est mentionnée en 1385 sous le nom de "Fryburgstrass". Aujourd'hui, le chemin des pèlerins part de la gare de Schwarzenburg et longe d'abord la route principale en direction de Berne. À la sortie du village, le chemin bifurque vers la gauche et nous atteignons un terrain ouvert via le hameau de Wart jusqu'au ruisseau Torenbach en direction de Sensegraben.

Hinweis Schild "Die Wart"

Le nom Wart remonte à une tour de guet romaine.


ancienne voie vers le Torenöli

Dans la forêt, nous marchons le long de l'un des tronçons de chemin les plus intéressants d'un point de vue historique : un chemin taillé dans la roche avec un beau pavage. Sur une bosse rocheuse, on peut encore voir les anciens trous de marche que les charretiers utilisaient autrefois pour pouvoir éviter l'endroit étroit. Un peu plus bas, nous atteignons le "Torenöli", où se trouvait autrefois un moulin à huile. Peu après, nous traversons le Torenbach pour la deuxième fois et nous atteignons le Sensegraben. À droite, nous voyons l'ancienne forteresse de Grasburg sur un affleurement rocheux abrupt.


voie vers le Torenöli


Pont sur le Sense

Pont sur le Sense


Sanctuaire de Saint-Jacques à Heitenried

Après avoir traversé la Sense, le chemin monte vers Heitenried. Peu de temps avant, nous tombons sur un sanctuaire au bord du chemin avec Saint Jacques.


Sanctuaire de Saint-Jacques à Heitenried

Une erreur - et ce qu'il en est advenu

Quatre coquilles Saint-Jacques, joliment réalisées en céramique et posées sur des socles en béton, mais pointant dans la mauvaise direction, signifient : "Pèlerin, rentre chez toi..." Comment rectifier l'erreur ?

À la recherche d'une solution avec le maçon Fritz Riesen et le prêtre Thomas Sackmann de Heitenried, le prêtre fait apparaître, comme par magie, une statue de saint Jacques dans son "sac à dos de pèlerin". Il voulait donner aux pèlerins la sculpture artistique qu'il avait apportée de Linz en Autriche.

Et c'est ainsi que le projet est réalisé : grâce aux "Amis du Chemin de Saint-Jacques", qui ont contribué à la moitié des coûts, et grâce aux artisans locaux qui ont construit une maison conviviale et solide pour la protection du saint dans le cadre du bénévolat.

(extrait d'Ultreia 38, revue des Amis du Chemin de Saint-Jacques - GE abrégé)


Église Saint-Michel de Heitenried Statue de St. James église Heitenried

L'église néo-gothique Saint-Michel de Heitenried, qui ne se trouve pas directement sur le chemin de Saint-Jacques, date de 1905 et un lieu de culte s'y trouvait déjà au 8e/9e siècle.

On y trouve également un timbre de pèlerin (et un WC).

Statue de Saint Jacques dans l'église


Chemin de Saint-Jacques à Heitenried (Stadtgassa)

À l'extrémité sud-ouest du village, il y a une descente douce suivie d'un chemin creux bordé de haies et de buissons, que les personnes âgées appellent encore le "Stadtgassa". Ce chemin original vers Freiburg remonte la colline en face à travers un petit bois jusqu'à la chapelle de Winterlingen, dédiée à St. Apollonia. Sur le sentier d'altitude qui suit, nous passons par les hameaux de Schleif et de Cheer pour arriver au village de St Antoni.


À l'extrémité ouest du village, nous atteignons d'abord l'église réformée, puis l'église catholique construite en 1894, dont le saint patron a donné son nom au village.


Antoine l'Hermite

Saint Antoine l'Ermite est né vers le milieu du 3ème siècle en Moyenne Égypte.

Après la mort précoce de ses parents, il renonce aux richesses dont il a hérité et commence une vie d'ermite dans le désert. Dans les années qui suivirent, il rassembla autour de lui une association d'ermites, dont il fut le chef paternel et mourut en grand âge en 356.

De sa tombe dans le désert, ses ossements sont arrivés par des voies détournées vers 1070 en France, dans l'église d'un petit village de la campagne dauphinoise, qui reçut peu après le nom de Sainte-Antoine. De même que les tombes des martyrs étaient visitées pour la prière dans le christianisme primitif, de nombreuses personnes en quête d'aide se sont rapidement rendues sur la tombe du moine-père Antoine, qui jouissait déjà d'une grande vénération.

Après la fondation d'une confrérie laïque portant le nom d'Antoine pour s'occuper des pèlerins vers 1065 à Saint-Antoine, qui s'est développée au cours des deux siècles suivants pour devenir l'Ordre des chanoines réguliers de Saint-Antoine, sa vénération en Occident a pris son essor. Le signe T de l'ordre - probablement une béquille stylisée - est devenu un symbole. Lorsqu'une maladie ressemblant à la peste sévit en France au XIIe siècle, appelée le "feu sacré" parce qu'elle provoquait de terribles douleurs, des brûlures infernales et la chute de membres, les reliques d'Antoine s'avérèrent efficaces contre elle et la maladie fut appelée "le feu d'Antoine".

Les cochons avec lesquels il est dépeint représentent ses tentations. En fait, le symbole des porcs trouve sa justification dans le fait que, plus tard, l'ordre des Antonins préférait élever des porcs - qu'il laissait cependant, en tant que créatures de Dieu, courir en liberté, ce à quoi renvoie le dicton "insolent comme un porc d'Antonius".


Chemin creux vers Wissenbach

La route historique descend derrière l'église Antonius, par des chemins creux taillés dans le grès jusqu'à Wissenbach. Dans les passages étroits, on peut voir des fentes encastrées qui étaient probablement utilisées pour barricader le chemin dans le passé. À Wissenbach se trouvaient autrefois une scie et un moulin, dont les traces sont encore visibles aujourd'hui.

Nous continuons notre chemin en aval et atteignons la chapelle Sebastian Wissenbach au niveau de la route cantonale. Nous traversons la route très fréquentée, puis nous suivons le ruisseau Taverna vers le haut, en direction de Tafers.


Chapelle St. Jacques à Tafers

Chapelle St. Jacques à Tafers.


Chapelle St. Jacques à Tafers

La chapelle St James à Tafers avec la représentation du légende du Pendu -dépendu. J'ai rencontré cette légende encore et encore sur le chemin de Saint-Jacques..

Pendu -dépendu

En savoir plus sur le légende du  

  et l'explication de la

.


Autel de Saint-Jacques

Autel de Saint-Jacques dans la chapelle Saint-Jacques à Tafers.


Chapelle de la Dame de Menziswil

Depuis Tafers, nous randonnons via Lamprat jusqu'à Menziswil. Nous passons ici devant la pittoresque chapelle Marienkapelle, construite à la fin du 18e siècle, qui se dresse sous les arbres à flanc de colline. Nous rencontrons ensuite une belle avenue en direction de l'ouest, dominée par des frênes et des chênes, qui nous mène le long du manoir de Hinterbruch.

Peu avant Fribourg, nous atteignons le village d'Uebewil, situé sur les hauteurs.


La chapelle de Saint-Barthélemy sur le Schönberg, à un carrefour très fréquenté, est le point de départ actuel de notre circuit de pèlerinage dans la ville de Fribourg. A partir de là, des panneaux indicateurs en forme de coquille Saint-Jacques stylisée sur fond bleu indiquent le chemin emprunté par les pèlerins de Saint-Jacques. On accède à la Tour Rouge médiévale par la rue St Barthélémy et la rue Joseph Chaley. Il fait partie des murs de protection de la ville de Fribourg construits à partir de 1250. Un peu à l'écart se trouve le Katzenturm, construit vers 1360 dans un endroit où les murs de protection étaient difficiles à défendre.


Murs de la ville de Freiburg

Fribourg et ses remparts


Berntor
×

Nous suivons le chemin qui descend les escaliers de la muraille de la ville. Il se termine à la tour de la porte de Berne, construite entre 1270 et 1290. Ces trois tours sont représentées dans les armoiries de la ville de Fribourg.

Armoiries de Fribourg


Schmidgasse

Après le Berntor, descendez la Schmidgasse (rue des Forgerons).


Fontaine de fidélité

Dans la Balmgasse se trouve cette figure de fontaine, un seigneur barbu en armure avec un chien à ses pieds comme symbole de loyauté et de vigilance sur la fontaine de la loyauté (première version de l'année 1404 - version actuelle par Hans Gieng 1552 - 1553)


Auberge Engel à Freiburg

De l'autre côté de la place se trouve l'auberge "zum Engel", qui accueillait autrefois les pèlerins désireux de passer la nuit confortablement dans la ville de Fribourg. Cette auberge, protégée par l'archange Raphaël, se trouve à proximité immédiate du pont de Berne, passage obligé pour tous les pèlerins et voyageurs venant de l'est.